Karin Viard : « Reconnaître l’abandon m’a pris vingt ans »


A l’approche de la date de sortie de son dernier film « Jalouse », Karin Viard se livre à coeur ouvert dans une interview accordée au journal « Le Monde». L’actrice revient sur ses débuts difficiles et son combat contre les troubles alimentaires. « Il me faut sept ans entre l’arrivée à Paris et le premier film (…) J’ai des désordres alimentaires énormes, je suis boulimique. Comme je n’arrive pas à me faire vomir, je suis grosse. Pas simple quand on veut être comédienne…» révèle la comédienne. Après des années à lutter, c’est finalement une thérapie qui l’aidera à trouver le chemin la guérison : « Je comprends que je tapisse de nourriture les émotions que je ne verbalise pas. J’ai si peu d’estime de moi que je ne me donne même pas le droit de me sentir abandonnée. Reconnaître l’abandon m’a pris vingt ans ». 

Jeune, j’ai beaucoup été harcelée dans la rue 

Interrogée sur les mouvements comme « #BalanceTonPorc » ou « #MeToo » qui ont eu lieu après l’affaire Harvey Weinstein, Karin Viard précise qu’il ne faut pas réduire le cinéma au harcèlement sexuel.« Je ne peux pas laisser dire que ce milieu s’y prête particulièrement. Je connais beaucoup d’actrices qui n’y ont jamais été confrontées. Tous les milieux professionnels sont concernés, c’est une affaire de position de pouvoir, ça assoit un pouvoir », déclare l’actrice avant de poursuivre : « Mais si on me l’avait demandé, j’aurais fait comme les autres, je serais allée au rendez-vous à l’hôtel. C’est facile de dire : ” Tu vas dans une chambre d’hôtel alors ne viens pas chialer si on te met une main au cul…” ».

Publicité (en savoir plus)

 Si Karine Viard n’a pas été victime d’harcèlement sexuel dans l’industrie du cinéma, elle n’est toutefois pas étrangère à ce fléau qui affecte malheureusement toutes les femmes et dans de nombreuses circonstances. « Jeune, j’ai beaucoup été harcelée dans la rue, en arrivant à Paris. C’était extrêmement pénible. je pensais que c’était normal. Cette libération de la parole est une bonne chose, même si je suis un peu gênée par la délation, les comptes qui se règlent sur Internet. Je pense qu’il y aura un avant et un après. Ca va permettre aux hommes de réaliser que leur attitude n’est pas perçue comme flatteuse par les femmes, et aux femmes de réaliser qu’elles méritent mieux. Maintenant, les hommes vont être aux côtés des femmes, j’en suis tout à fait sûre », révèle Karine Viard, certaine que les temps changent et avec eux le comportement des hommes également. Un joli message d’espoir ! 

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

Karin Viard : « Reconnaître l’abandon m’a pris vingt ans »

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion

Hey!

Rejoignez-nous sur Facebook
close-link
NOUVEAU                                                      
Dromabuzz en Arabe                 


Cliquez ici pour découvrir              







 
close-link
CLIQUEZ ICI !
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image