Quelles interventions en médecine esthétique


1. Une nouvelle technique pour défroisser le regard

Quand les paupières supérieures commencent à se relâcher, l’effet tenseur du Plexr peut être une solution. Après application d’une bonne dose de crème anesthésiante, le médecin déplace un stylet à un millimètre au-dessus de la peau. Ce dernier produit un arc électrique qui chauffe les tissus et provoque leur rétraction. La paupière se couvre ensuite de petites croûtes qui forment un dessin semblable à un tatouage au henné. Le tout cicatrise en quelques jours. Prévoir une à quatre séances espacées d’un mois, puis une par an en entretien.

Ça donne quoi ? L’effet, léger, peut convenir avant 50 ans ou quand on n’est pas prête pour une blépharoplastie (lifting des paupières). Environ 300 Euros la séance.

Les limites. Le résultat, modeste, n’est visible qu’au bout de plusieurs séances.

Une alternative ? La blépharoplastie est la technique chirurgicale phare pour traiter une vraie ptôse. « On fait une microchirurgie sous anesthésie locale. Après trois jours, on peut reprendre ses activités en camouflant les bleus, assure le D r Alexandre Marchac, chirurgien plasticien. On peut y associer des injections de graisse au niveau de l’arcade sourcilière, pour regalber une paupière supérieure qui s’est creusée. Et en traitant aussi les tempes, on augmente l’effet naturel du rajeunissement ». De 2 500 à 4 000 Euros.

2. Du botox pour effacer un air triste ou anxieux 

« La toxine botulique rééquilibre la balance musculaire pour détendre et adoucir l’expression sévère ou triste d’un visage, explique le Dr Olivier Claude, chirurgien plasticien. Pour redonner une expression positive, il suffit d’injecter le front, la pointe du sourcil et la patte-d’oie. Même démarche à l’angle de la bouche avec le muscle latéral dit du ‘dégoût’. La séance est courte et quasi indolore, l’aiguille fine à peine perceptible et on reprend son activité sans souci juste après. »

Ça donne quoi ? L’effet « coup de jeune » s’installe dans les huit jours. Le visage semble plus épanoui, sans être figé quand la dose est maîtrisée. À partir de 350 Euros la séance.

Les limites. Si le sourcil est vraiment tombant, le résultat sera décevant. « Comme on utilise moins de produit pour maintenir toute la mobilité du visage, la correction tient un peu moins de six mois », note le Dr Claude.

Une alternative ? Une chirurgie des sourcils ou du pourtour des lèvres. Même si la toxine a aujourd’hui largement remplacé le bistouri, « un lifting des sourcils ou un mini-lift des muscles autour de la bouche peuvent parfois être plus adaptés », poursuit le D r Claude. À partir de 1 500 Euros.

3. Du froid pour affiner un double menton

Avec le succès de la cryolipolyse qui fait fondre les graisses localisées du corps, les fabricants ont mis le cap sur le menton. « L’embout, qui n’aspire pas la peau comme celui utilisé pour le corps, permet de geler les graisses et de les détruire, explique la D re Liliya Romanska, dermatologue. Juste après, la zone est très froide et dure comme un glaçon, puis elle s’assouplit mais reste insensible pendant plusieurs jours. »

Ça donne quoi ? « Cela détruit 20 % à 40 % des adipocytes, ce qui est très visible sur une si petite zone, avec en prime, un angle menton-cou redessiné et un léger effet tenseur », note la Dre Romanska. De 600 à 1 200 Euros.

Les limites. « Si la peau est trop relâchée autour, au niveau du cou ou des bajoues, l’effet sera décevant », ajoute la dermatologue. Les fabricants vantent un résultat définitif, à condition de ne pas grossir. Enfin, attention, toutes les machines n’offrent pas la même garantie de sécurité ou de réussite. Préférer celles qui ont l’agrément FDA (Food and Drug Administration) comme le CoolSculpting, ou le marquage CE médical (Cristal, LipoContrast).

Une alternative ? La lipoaspiration : « On peut faire une mini-aspiration des graisses à la seringue sous anesthésie locale, qui va légèrement redraper les tissus, donc apporter un effet lift », commente le Dr Claude. Une intervention néanmoins chirurgicale qui se pratique au bloc. De 2 000 à 3 000 Euros.

4. Zéro chirurgie pour remodeler un nez

La rhinoplastie médicale par injection d’acide hyaluronique remporte un grand succès pour camoufler les petites bosses sur le nez. « On comble tout simplement le creux en amont », explique le D r Olivier Gerbault, chirurgien plasticien. Le geste doit être très subtil pour ne pas épaissir tout le nez, mais cela ne remplace pas totalement la chirurgie. On peut également réparer la pointe ou la remonter, allonger un nez trop court ou corriger une asymétrie.

Ça donne quoi ?  Une séance suffit pour voir le résultat et, bien fait, c’est assez bluffant. « La correction est légère, mais visible de profil », apprécie le Dr Gerbault. De 400 à 700 Euros.

Les limites. « Si la bosse est trop importante, on risque d’augmenter considérablement la taille du nez, avertit le chirurgien. On ne peut pas non plus raccourcir un nez trop long, ni diminuer des narines trop larges. »

Une alternative ? La rhinoplastie chirurgicale est irremplaçable dans certains cas, et les techniques se sont améliorées, avec notamment la miniaturisation des instruments (on parle de rhinosculpture ultrasonique). De 2 500 à 6 000 Euros. Autre évolution en cours dans de nombreux pays : les greffons cartilagineux. « On coupe en petits dés extrêmement fins du cartilage prélevé au niveau du nez ou de l’oreille, on en fait une sorte de pommade mise ensuite dans une seringue pour être injectée », décrit le Dr Gerbault. La greffe reste à vie.

5. Un combo high-tech pour combler un relâchement 

« Le vieillissement est un phénomène multifactoriel, une seule technique ne peut pas corriger tous les symptômes », analyse le D r Claude. Lorsque le contour du visage est moins dense et moins défini, les médecins combinent les techniques : radiofréquence, ultrasons focalisés et champ magnétique, laser et lumière pulsée. Les séances durent en moyenne trente minutes et ne sont pas douloureuses.

Ça donne quoi ? Au gré des traitements, la peau devient plus dense. Et à condition d’être assidue, on recule l’heure de la chirurgie. De 150 à 250 Euros la séance, il en faut souvent plusieurs.

Les limites. Le résultat ne se voit pas tout de suite, mais progressivement au bout de trois à six mois. Une fois le but atteint, il faut entretenir l’amélioration, ce qui représente un budget.

Une alternative ? Les fils de remaillage. Ces courts fils résorbables s’injectent par dizaines et en quadrillage pour densifier la peau et retendre certaines zones comme le contour du visage ou les joues. Les chirurgiens s’en servent pour compléter un lifting, d’autres pour prévenir le relâchement. « Ces fils agissent sur six mois à un an tout au plus, ce qui est éphémère », considère le Dr Claude. De 600 à 800 Euros.

6. Un peeling pour donner de l’éclat

Ce grand classique de la dermatologie revient en force grâce à la tendance peau nude venue d’Asie. Il n’y a pas mieux pour apporter de la luminosité au teint, mais il faut plusieurs séances, quatre en moyenne. Les laboratoires complètent leur gamme, avec quatre nouveautés chez Eneomey et une autre chez Neostrata, sans préparation et sans rinçage.

Ça donne quoi ?  La peau est débarrassée de toutes ses impuretés, le teint est éclatant. De 80 à 150 Euros la séance.

Les limites. On reste sur un peeling doux, à renouveler régulièrement pour conserver tous les bénéfices.

Une alternative ? Le peeling au gluconolactone, un actif hydratant qui est présent dans le nouveau peeling doux de Filorga et qui serait aussi efficace que les AHA, mais mieux toléré. Appliqué au pinceau, on le laisse poser trois minutes la première fois, puis on augmente progressivement la durée au fil des quatre séances espacées de deux semaines. 59 Euros la séance.

7. Un lifting pour récupérer son ovale

On n’a encore rien inventé de mieux que le lifting cervico-facial pour corriger les contours flous et les bajoues marquées. « La technique a évolué, on décolle moins de peau qu’avant, les suites sont plus simples et les résultats plus naturels », constate le Dr Stéphane Guichard, chirurgien plasticien. Mais cette opération se pratique sous anesthésie générale avec une nuit d’hospitalisation, pas anodine donc. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.plasticiens.fr

Ça donne quoi ?  Un visage défatigué et rajeuni. « On est présentable après trois jours si on a des cheveux longs pour masquer les ecchymoses et le gonflement situé devant et derrière les oreilles [là où le médecin a incisé, ndlr]. On a récupéré à quinze jours et le résultat est stable à six mois », explique le Dr Guichard. En moyenne 7 000 Euros et jusqu’à 15 000 Euros et plus selon la notoriété du chirurgien.

Les limites.  « Cela ne traite pas les rides autour des lèvres, le menton, ni la qualité de la peau, précise le Dr Guichard. On peut aussi prévoir des micro-injections de graisse pour redonner de la densité et de l’éclat. »

Une alternative ?  L’utilisation de fils tenseurs. On n’est pas emballé par cette technique qui consiste à passer un à quatre fils résorbables de chaque côté du visage pour rehausser les pommettes et corriger l’ovale. « Les chirurgiens ne sont pas contre pour traiter un début de relâchement ou quand on ne veut pas du tout de chirurgie, mais il ne faut pas en attendre l’efficacité d’un lifting », avertit l’expert. À la clé, une légère remise en tension qui dure environ un an si l’excès de peau est limité et qu’elle est encore suffisamment élastique. À partir de 1 200 Euros.

8. Une injection subtile pour combler le cerne creux

Le médecin doit choisir un acide hyaluronique adapté à cette zone fragile. La lidocaïne intégrée au produit permet une micro-anesthésie locale pour un traitement sans picotements ni douleur. « Injecté à la canule et en profondeur, l’acide hyaluronique soulève les tissus fins et fragiles pour former un coussinet combleur », décrit la D re Romanska. Un petit bleu peut parfois apparaître au point d’injection.

Ça donne quoi ? « Comme on injecte près de l’os, il n’y a pas de hyaluronidase, cette enzyme qui dégrade naturellement l’acide hyaluronique. Ce dernier tient donc très longtemps, parfois au-delà de trois ans », constate la Dre Romanska. Environ 700 Euros.

Les limites. L’expérience du médecin. Et il ne faut pas se tromper de cible : cela ne convient pas pour atténuer des cernes colorés. Bref, une zone très délicate à ne pas laisser entre toutes les mains.

Une alternative ? Le lipofilling, une greffe de nos propres cellules graisseuses – une intervention chirurgicale donc – qui comble de façon naturelle les cernes creux et perdure plusieurs années. À partir de 1 500 Euros.

9. Une stratégie pour traiter les taches solaires

Chaque dermatologue a son protocole et son appareil préféré pour agir sur les taches superficielles liées au vieillissement de la peau et à l’excès de soleil. Après le traitement, en plusieurs séances et avec une protection solaire maîtrisée, on apaise la rougeur de type « coup de soleil » en appliquant une crème calmante et hydratante. Il faut ensuite se protéger avec un produit SPF 50 pendant un mois.

Ça donne quoi ? En quelques séances, on efface les petites lésions cutanées superficielles, ce qui uniformise le teint. De 80 à 300 Euros la séance selon le laser utilisé.

Les limites. Les taches profondes et un engouement non contrôlé pour le bronzage, qui fera surgir d’autres taches.

Publicité (en savoir plus)

Une alternative ? La lumière pulsée optimisée, utilisée par l’appareil Icon Max G qui est doté d’un lecteur de mélanine capable de définir les meilleurs paramètres pour chaque patient. Les taches sont ensuite flashées et les pigments détruits. 150 Euros la séance.

10. Des cheveux pour étoffer des sourcils

Une ligne clairsemée peut donner l’air fatigué. Dans certains cas, il est possible de la redensifier en réimplantant des cheveux par la technique FUE, Follicular Unit Extraction. « On rase une zone au-dessus de la nuque, puis, sous anesthésie, on prélève une cinquantaine d’unités folliculaires avant de les réimplanter, décrit le Dr Frédéric Menu, président de la Société française de chirurgie restauratrice de la calvitie.

Ça donne quoi ? « Les micro-croûtes tombent dans les jours qui suivent et on garde les yeux gonflés quelques jours, explique le Dr Menu. Les cheveux implantés tombent puis repoussent, le résultat s’évalue après deux mois. » De 1 500 à 3 000 Euros les deux sourcils.

Les limites. Le coût et la minutie de l’intervention. « On veille à respecter l’orientation des poils, différente selon qu’il s’agit de la tête du sourcil, du corps ou de la queue », détaille le Dr Menu. Ensuite, il faut tailler régulièrement les cheveux implantés.

Une alternative ? Le maquillage permanent qui consiste à déposer des pigments sous la peau avec une aiguille ou un appareil de dermopigmentation. « Le résultat peut être super comme catastrophique selon l’expérience du professionnel, la technique et le type de pigments utilisés », prévient la maquilleuse Lucille Brunette. Le résultat dure environ un an. Autour de 350 Euros le traitement.

11. Des injections pour plumper les lèvres

« On injecte un acide hyaluronique peu volumateur, à la canule ou à l’aiguille pour plus de précision, explique la dermatologue Véronique Gassia. Comme la bouche peut ensuite être très gonflée pendant vingt-quatre heures, on programme la séance avant un week-end. »

Ça donne quoi ? Une bouche repulpée. « Dans cette zone très mobile et vascularisée, le résultat dure environ neuf mois », précise la Dre Gassia. À partir de 350 Euros. Si on craint l’excès, le médecin peut injecter un Skinbooster qui va seulement réhydrater et lisser les lèvres.

Les limites. « Si les lèvres sont très fines et rentrent vers l’intérieur, le traitement est compliqué, estime la dermatologue. Et le résultat est rarement harmonieux quand la lèvre blanche [zone sous le nez, ndlr] est longue. »

Une alternative ?  « Le réourlage à l’acide hyaluronique est intéressant pour redéfinir la bouche sans la transformer, estime la Dre Gassia. Mais redessiner l’arc de Cupidon convient seulement s’il correspond à la morphologie de la personne. » À partir de 350 Euros.

12. De l’acide hyaluronique pour donner un coup de frais

Aujourd’hui, on consulte pour retrouver un visage frais et reposé. « Chaque visage étant unique, une analyse complète est nécessaire pour établir une priorité, affirme la Dre Gassia. Pour que le résultat soit discret, mieux vaut utiliser de petites quantités, quitte à prévoir une retouche. » Le médecin injecte un acide hyaluronique adapté à la zone ciblée, à l’aiguille ou à la canule. On peut être gonflée et avoir des bleus qui s’estompent en quinze jours.

Ça donne quoi ? Un visage reposé et non transformé quand on a consulté un médecin expérimenté. Le résultat se maintient de neuf à vingt-quatre mois selon que la zone traitée est mobile ou non. À partir de 350 Euros la séance.

Les limites. Quand le relâchement est important ou que le teint est brouillé. « La bonne mine, c’est du volume au bon endroit, une peau éclatante et bien hydratée, considère la Dre Gassia. Si elle est terne ou avec des taches, mieux vaut envisager d’abord un traitement de surface, peeling ou laser. »

Une alternative ? « Les Skinboosters qui permettent de réhydrater la peau et de maintenir sa densité. On injecte un acide hyaluronique faiblement réticulé [fluide] dans le derme profond, décrypte la Dre Françoise Rodhain, auteure de ‘La Peau, la beauté et le temps’ (éd. Cherche Midi). À ne pas confondre avec le mésolift, uniquement hydratant : de l’acide hyaluronique non réticulé [liquide] injecté dans le derme superficiel. » « À partir de 35 ans, c’est aussi préventif, estime la Dre Gassia : on freine le vieillissement en stimulant les fibroblastes, la peau est repulpée et en bonne santé. » À partir de 150 Euros la séance (trois espacées de quinze jours, puis une tous les quatre mois).

13. Un implant pour recoller les oreilles 

Ce nouveau petit implant (Earfold) s’insère sous la peau, à même le cartilage, pour corriger un décollement modéré ou une asymétrie. « On fait une simulation en cabinet pour voir si le dispositif, recouvert d’une fine couche d’or de 24 carats de qualité médicale, est adapté à votre cas, explique le Dr Marchac. Si oui, on réalise une anesthésie locale, puis on fait une petite incision dans le pli externe de l’oreille pour placer l’implant sous la peau. » On garde ensuite un pansement quelques jours, et une microcicatrice.

Ça donne quoi ? L’implant est invisible et la correction a priori définitive. De 2 000 à 3 000 Euros.

Les limites. On ne peut pas traiter un décollement du tiers supérieur de l’oreille quand la conque est en cause.

Une alternative ? L’intervention chirurgicale classique, l’otoplastie, qui se pratique pour des pathologies plus importantes, généralement dans l’enfance, par exemple s’il faut réduire la taille des oreilles. De 1 500 à 3 000 Euros.

14. Des injections dans le menton pour corriger le profil

C’est ce que proposent dans certains cas les chirurgiens quand on n’est pas satisfaite d’un nez jugé un peu trop long : injecter de l’acide hyaluronique dans un menton légèrement en retrait harmonise alors le visage. Par ailleurs, « placer un peu d’acide hyaluronique au centre du menton et en profondeur permet d’adoucir un visage un peu carré », précise la Dre Gassia.

Ça donne quoi ? Le résultat est subtil et durable (de dix-huit à vingt-quatre mois). À partir de 350 Euros.

Les limites. Seule une intervention chirurgicale permet de traiter un menton fuyant et de rééquilibrer définitivement le profil.

Une alternative ? La toxine botulique, dont quelques unités permettent de lisser l’aspect peau d’orange.

15. Un duo prometteur pour atténuer les cicatrices d’acné

« Elles se caractérisent par des ‘bosses’ ou au contraire de petits cratères à la surface de la peau, explique le D r Didier Pégoud, spécialiste en laser. On peut les atténuer en utilisant un laser fractionné, qui stimule les fibroblastes, aidant ainsi la peau à se reconstituer. » Il faut six à huit séances espacées d’un mois. « Pour les cicatrices en relief rouges, on utilise un laser vasculaire, ajoute le D r Pégoud, pour les blanches, on peut désormais appliquer le laser Picosure, qui assouplit la peau, diminue l’épaisseur et unifie l’épiderme. »

Ça donne quoi ? « Pour l’aspect creusé, on promet 50 % de réparation, selon l’âge et le nombre de cicatrices. » Avec le Picosure, on obtient une grande amélioration en cinq séances espacées d’un mois. De 80 à 300 Euros la séance selon l’appareil laser utilisé.

Les limites. Les résultats sont variables d’une personne à l’autre et rien n’est acquis si les poussées d’acné ne sont pas stoppées.

Une alternative ? Les peelings qui limitent les poussées et éliminent les comédons et microkystes. « Si les cicatrices sont peu profondes, un peeling à l’acide glycolique peut les atténuer, précise la Dre Rodhain. Et si cela ne suffit pas, on peut combler le creux avec une goutte d’acide hyaluronique. »

ENFIN, MON MÉDECIN ET MOI, ON SE COMPREND !

Même quand une injection est techniquement réussie, on peut être mécontente du résultat. parce que ce n’est pas facile d’expliquer ce qu’on veut, on formule souvent une requête qui ne correspond pas à l’effet souhaité. par exemple, on consulte pour des sillons nasogéniens qui nous dérangent, alors qu’on rêve surtout d’avoir l’air moins fatigué. le médecin n’a donc pas toutes les cartes en main pour répondre à notre demande. et si par malheur il stoppe ses questions et s’exécute, on risque de ressortir déçue de l’expérience. mais, ouf, les mentalités changent et les pratiques médicales évoluent. notamment grâce à des praticiens comme mauricio de maio. ce chirurgien star au brésil professe auprès de ses pairs du monde entier un nouvel art d’injecter pour des résultats plus satisfaisants, pour le médecin comme pour le patient.

Qu’est-ce que le Dr Maio propose d’innovant ?  Un protocole de consultation qui devrait améliorer la relation médecin-patient. conscient de la dimension émotionnelle inhérente à toute demande d’intervention, il a élaboré un questionnaire avec différents niveaux de lecture. le patient vient consulter pour un défaut esthétique, mais quelle est sa motivation profonde ? quel visage veut-il exposer aux autres ? quelles expressions souhaite-t-il effacer ou affiner ? « j’invite mes patientes à désigner trois zones sur lesquelles elles veulent intervenir en priorité. par exemple, le front, les yeux et la bouche. puis je leur demande quel est leur objectif : paraître plus jeune, plus belle, moins triste, plus mince, moins sévère, plus féminine… » détaille le Dr de Maio. si leur souhait est d’avoir l’air moins fatigué, il ne suffira pas de combler une ride ou d’atténuer les poches sous les yeux. l’intervention est plus complexe car plusieurs zones du visage doivent être corrigées simultanément pour atteindre le résultat visé. chacune est alors traitée de manière spécifique grâce aux MD Codes (pour medical codes), une série de points stratégiques assortie de techniques d’injection particulières que le D r de Maio a mise en place avec le soutien du Laboratoire Allergan. plus la personne est jeune, moins il y a de points à traiter. « plus que des ‘injecteurs’, les médecins doivent aujourd’hui être de véritables experts et maîtriser le langage de l’esthétique faciale », affirme le grand spécialiste.

Où bénéficier cette expertise ?Si Mauricio de Maio est à la pointe de cette esthétique qui prend en compte les émotions, de nombreux praticiens appliquent déjà cette prise en charge globale du visage pour un résultat plus harmonieux. l’idée : corriger en premier les signes du vieillissement responsables d’expressions négatives comme la sévérité ou la tristesse. « le médecin doit être capable de vous proposer un plan de traitement pour vous permettre d’atteindre votre rêve », conclut le chirurgien brésilien.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du 15 novembre 2017   Abonnez-vous ici.

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

Quelles interventions en médecine esthétique

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image