retour sur un classique immortel


Il y a un peu plus de 20 ans, IAM sortait l’un des plus gros, si ce n’est le plus gros classique du rap français : L’École du micro d’argent. Un album que le groupe marseillais rejoue dès aujourd’hui à travers une tournée dans toute la France. Retour, en texte, en chansons, puis en une heure de discussion avec le groupe de la planète M.A.R.S, sur un mythe et tout ce qu’il comporte.

IAM - L'École du micro d'argent

Bienvenue sur la planète M.A.R.S. – IAM, L’École du micro d’argent

C’était un 18 mars 1997. Après une démo cassette (Concept, 1990), puis deux albums (… de la planète Mars en 1991 et Ombre est lumière en 1993) qui mettent le groupe sous le feu des projecteurs, et après un brillant premier essai solo d’Akhenaton (Métèque et mat), un troisième album installe définitivement IAM parmi les grands du rap français, puis ses pionniers, et enfin ses légendes : L’École du micro d’argent. Soit, pour tout enfant du rap, l’un si ce n’est le meilleur album que le hip-hop hexagonal ait proposé.

Un monument qui a marqué, bercé, influencé plusieurs générations. Un disque qui reste à ce jour le plus gros succès commercial des bad boys de Marseille, et du rap français tout simplement (si l’on ne compte pas Manau et son album Panique Celtique…). En deux jours seulement, L’École du micro d’argent devenait disque d’or, avant de se vendre au total à plus d’un million et demi d’exemplaires en France et à travers le monde.

iam2

Car oui, cet album qui a raflé au passage deux Victoires de la musique pèse tellement qu’il a cassé les frontières de notre pays pour s’exporter outre-Atlantique, notamment. Et ce n’est pas un hasard. Akhenaton et son groupe entretiennent un lien étroit avec les États-Unis, de l’enregistrement de leur album (en partie) à New York aux côtés de RZA, aux collaborations du groupe avec la scène rap américaine. On retrouve ainsi sur le (classique, encore une fois) titre “La Saga” les Sunz Of Men de la Wu-Tang family, inéluctablement influenceurs du succès d’IAM sur les terres US.

Retour en France. Il ne faut pas aller chercher très loin pour trouver ce qui fait la singularité et l’exception de cet album. La plume, base du rap. Mais la force d’IAM ne réside pas que dans la qualité et la rare finesse de ses textes. Le flow léché – et d’une telle pureté que l’on peut le comparer à de l’eau – d’Akhenaton, le débit net et précis de Shurik’n, la complémentarité des deux MCs, appuyée par l’énergie de Freeman comme sur “Independenza”, le tout sur les instrus intemporelles de Kheops et Imhotep entre mélodies entêtantes, samples scientifiques et scratchs : avec un tel cocktail, auquel on peut ajouter l’influence du hip-hop américain qui a fini par habiter le groupe, comment ne pas obtenir des classiques ?

“Petit Frère”, “L’école du micro d’argent”, “Nés sous la même étoile”, “Elle donne son corps avant son nom”, “L’empire du côté obscur” ou encore l’incontournable “Demain c’est loin” (on peut citer tout l’album à ce rythme-là) : 18 ans après, les pépites de L’École du micro d’argent scintillent toujours autant.

Les sujets abordés dans ces morceaux, fins, justes et précieux, faits de dénonciation, constat, narration futile, egotrip, humour, distincts les uns des autres mais qui forment un ensemble cohérent, traversent les âges pour être toujours d’actualité aujourd’hui. L’épreuve du temps, IAM l’a surpassée.

“L’école du micro d’argent”

C’est le morceau éponyme qui ouvre l’album. Une track n° 1 qui nous plonge directement et la tête la première dans le sujet. Avec une mélodie introductive aux sonorités asiatiques.

“L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent. L’école, du micro d’argent.”

Après le refrain qui ouvre le morceau, IAM sort les armes dès la première seconde. Des guerriers du mic prêts à en découdre. Shurik’n le premier, qui lance le bal, menant “ses troupes au combat pour défaire les guerriers en contre-plaqué de l’école du micro en bois“. Akhenaton prend ensuite le relais, gardant l’intensité de son binôme et distillant les références. Et on ne va pas se le cacher, la finesse de ses rimes en “-tique” entre “tactique” et “statique”, oui, ça provoque une jouissance auditive.

“Sans relâche, je crache des cendres et poursuivrai les massacres jusqu’à ce que le nom d’AKH soit légende.”

C’est désormais le cas.

“Nés sous la même étoile”

“La vie est belle, le destin s’en écarte, personne ne joue avec les mêmes cartes. Le berceau lève le voile, multiples sont les routes qu’il dévoile, tant pis, on n’est pas nés sous la même étoile.”

Publicité (en savoir plus)

Une réalité, qu’IAM narre poétiquement et avec une justesse rare. La France, coupée en deux. Les riches d’un côté, les pauvres de l’autre. Le destin. Celui qui décide du milieu où l’on naît et des péripéties de la vie qui en dépendent. Frustration : “Certains naissent dans les choux d’autres dans la merde, pourquoi ça pue autour de moi, quoi, pourquoi tu m’cherches”. Incompréhension : “Pourquoi fortune et infortune, pourquoi suis-je né les poches vides pourquoi les siennes sont-elles pleines de thunes”. Impuissance : “La monnaie est une belle femme qui n’épouse pas les pauvres. Sinon pourquoi, suis-je là, tout seul marié sans dot”.

Après ce couplet de Shurik’n, Akhenaton raconte lui aussi cet écart entre son vécu et une vie meilleure, apportant au passage une autre vision, une autre manière de voir les choses : relativiser. “C’est pas grave, je n’en veux à personne, et si mon heure sonne je m’en irai comme je suis venu”. Avant de terminer le morceau sur un constat amer :

“Tu te fixes sur le wagon, c’est la locomotive que tu manques. C’est pas la couleur, c’est le compte en banque. J’exprime mon avis, même si tout le monde s’en fiche. Je ne serais pas comme ça si j’avais vu la vie riche.”

“Petit frère”

Un autre classique, pour un sujet tout aussi sombre et profond. Un pique en plein cœur. Écoute, constat, réflexion. Les paroles résonnent jusqu’au plus profond des tympans. “Petit frère” est la chanson de toute une génération, évoquant le présent pour certains, le passé pour d’autres.

“Petit frère n’a qu’un souhait devenir grand, c’est pourquoi il s’obstine à jouer les sauvages dès l’âge de 10 ans.”

Après un sample scratché tiré du morceau “C.R.E.A.M.” du Wu-Tang, Akhenaton lance l’histoire. C’était ça, la force d’IAM : savoir raconter des histoires… miroir de la réalité. Ici, il est question de l’adolescence en perdition. Un constat que les narrateurs content si bien que l’on comprend directement qu’ils l’ont vu, vécu, au pied des tours d’immeubles.

Et Shurik’n de poursuivre :

“Il n’a plus de cartable, il ne saurait quoi en faire. Il ne joue plus aux billes, il veut jouer du revolver. Petit frère a jeté ses soldats… pour devenir un guerrier et penser au butin qu’il va amasser.”

En plus d’établir un constat alarmant, ce morceau a sûrement influencé positivement l’éducation de nombre de ses auditeurs. Oui, c’est fort, et cette conclusion difficilement vérifiable est assumée.

“Demain c’est loin”

Que dire… Le meilleur morceau de l’histoire du rap français ? Beaucoup l’affirmeraient sans hésiter. Sans hésiter, j’en fais partie.

Pourquoi ? Tout d’abord pour sa simplicité. Simplicité : une boucle épurée de dix secondes, qui tourne, tourne et tourne, pendant neuf minutes. Neuf minutes de rap, où Shurik’n dans la première moitié et AKH dans la seconde enchaînent les rimes, jusqu’à l’essoufflement. L’essoufflement, le meilleur portrait d’une cité et son quotidien, fin et méticuleusement construit, ne le connaît toujours pas, près de deux décennies après. Deux décennies après et toujours d’actualité.

“Je parle du quotidien. Écoute bien, mes phrases font pas rire.”
– Shurik’n

Et après, que dire encore. Peut-être commencer par arrêter d’écrire en anadiplose, car seul Shurik’n, dans ce morceau, sait le faire aussi bien. Un titre qui a été élu par les internautes avertis du site Abcdrduson “meilleur classique du rap français”, dans un classement comprenant les 100 meilleurs morceaux du genre.

“Les élus, ressassent rénovation, ça rassure. Mais c’est toujours la même merde derrière : la dernière couche de peinture.”
– Akhenaton

Avec “Demain c’est loin”, IAM devient légende. Pose les bases du rap. Un rap brut pour un son brut. Qui, du début à sa fin, mesure après mesure, mot après mot, nous intègre sans nous lâcher dans la réalité qu’il dépeint. Des paroles qui s’écoutent, et se regardent.

À voir -> Entretien : 18 ans après, Akhenaton nous raconte “Demain c’est loin”

Qu’ajouter à cela si ce n’est que ce titre, cet album, resteront encore longtemps indétrônables. IAM et L’École du micro d’argent sont immortels. Demain est encore loin.

INTERVIEW. Retour, avec IAM, sur L’école du micro d’argent et ses grandes histoires :

“Petit frère”, “Nés sous la même étoile”, “Demain c’est loin”… L’École du micro d’argent” a eu 20 ans aujourd’hui Retour, avec IAM, sur un classique immortel

Publié par Dromabuzz sur samedi 18 mars 2017

Article initialement publié le 18 mars 2015, et mis à jour le 13 novembre 2017.

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

retour sur un classique immortel

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion

Hey!

Rejoignez-nous sur Facebook
close-link
NOUVEAU                                                      
Dromabuzz en Arabe                 


Cliquez ici pour découvrir              







 
close-link
CLIQUEZ ICI !
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image