un problème d’éducation à l’école 42 ?


Une enquête du magazine L’Usine nouvelle révèle le comportement sexiste de certains élèves.

© M.E.N.E.S.R./X.R.Pictures via FlickRr/CC

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, les langues continuent de se délier. Cette fois-ci, c’est une institution toute jeune et clinquante qui s’est fait épingler. L’école 42, fondée par Xavier Niel en 2013, alliant pédagogie innovante et gratuité, a fait l’objet d’une enquête menée par le magazine L’Usine nouvelle. Les journalistes ont recueilli les témoignages de nombreuses femmes qui ont fait part de leur malaise devant le comportement de certains de leurs camarades masculins.

Alors que l’établissement ne compte que 10 % de femmes parmi ses élèves, quels sont ces actes de nature sexiste ? Par-ci dans la vraie vie, des comportements à la limite du harcèlement. Par-là sur l’intranet, des blagues qui relèvent de l’insulte, misogynes et vulgaires, dans des fils de discussion (repris en main depuis octobre par l’école). Çà et là dans les couloirs, des fonds d’écrans et des films pornographiques à peine dissimulés.

Mathilde, une élève, confie son angoisse :

“On m’a poursuivie sur un étage et demi – que j’ai dû remonter à reculons – pour voir sous ma jupe. On ne se sent pas en sécurité ici.”

Parmi les doux mots transmis aux journalistes de L’Usine nouvelle, un appel à “enduire les femmes avec du Mont d’or et de la graisse abdominale de féministe”. Ou encore la publication d’une photo montrant une femme à quatre pattes avec ce commentaire : “Née pour être un sac à foutre.” Le tout sur un fil de discussion accessible aux 3 000 élèves de l’école.

Publicité (en savoir plus)

Au final, des femmes (et des hommes au passage) qui se disent désorientées, parfois tentées par une réorientation. Ainsi Lola*, une ancienne élève, évoque des remarques désobligeantes sur son physique et sa façon de s’habiller ainsi que des avances déplacées régulières qui ont failli la pousser au départ :

“Je ne me sentais pas à ma place parce que j’étais une fille, J’ai même hésité à partir.”

Les journalistes se sont aussi procuré quelques fragments des glorieuses discussions partagées sur le réseau interne :

Poésie à l’état pur. (© L’Usine nouvelle)

Moment de grâce. (© L’Usine nouvelle)

Interrogée par L’Usine nouvelle, la communication de l’école 42 répond trois choses : 1) Peu de femmes se plaignent ; il n’y a eu que très peu de comportements déviants ; 2) Ces derniers ont été sanctionnés par des travaux d’intérêt général (sans provoquer d’exclusion) et 3) L’école réfléchit à des actions de sensibilisation.

Cette histoire vient s’ajouter à la longue ribambelle des problèmes homme-femme qui touchent certaines sphères du numérique, qu’il s’agisse, dans la vraie vie, du sexisme dans la Silicon Valley ou, sur Internet, des salves récurrentes de cyberharcèlement.

* Le prénom a été modifié.

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

un problème d’éducation à l’école 42 ?

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image