Bientôt à la Marsa, des passages piétons s’habilleront de motifs berbères


ART DE RUE- Des passages piétons aux couleurs attrayantes et aux motifs berbères… Cela inciterait peut-être les citoyens à respecter le code de la route et à s’arrêter pour laisser la priorité aux piétons?

C’est l’idée de Irane Ouanes, professeur de Français et artiste sculptrice.

“En traversant la rue ou même en conduisant, je constate que les automobilistes ne s’arrêtent pas pour céder le passage aux piétons, qui eux-mêmes n’ont pas la culture et la sensibilisation de traverser aux passages qui leurs sont destinés”, dit Irane au HuffPost Tunisie.

LIRE AUSSI: Hé! Il y a une super invention et elle s’appelle “passage piéton”

L’idée couvait dans sa tête depuis un moment, raconte-t-elle. Ayant obtenu l’accord de la mairie de la Marsa, elle donne rendez-vous les 9 et 10 décembre 2017, pour la réalisation de ce projet artistique, devant les lycées et les collèges, en compagnie des élèves, des parents mais aussi d’autres artistes, qui superviseront le travail.

“Peindre ces passages avec des couleurs attrayantes aurait pour but d’éduquer avec l’art”, explique l’initiatrice du projet, et “faire participer les gens et surtout les enfants permettrait de les impliquer afin qu’ils comprennent le but de cette initiative”.

“J’ai choisis de le faire avec nos couleurs, notamment nos tapis kilim berbères amazighs, qui portent un message symbolique, historique et culturel, et c’est tellement beau!”, souligne Irane.

“On va commencer par la Marsa, puisque j’y habite, et j’espère le faire à Sousse ma ville natale, et pourquoi pas voir ce projet se réaliser dans toutes les villes de la Tunisie. Chacun pourrait organiser une initiative similaire près de chez lui”, estime-t-elle.

Publicité (en savoir plus)

Les passages seront peints moitié par moitié, afin que les voitures puissent passer sans abîmer le travail. Bref, Irane a pensé à tout, même à la sécurité, “je ferai tout pour que ça se passe comme il se doit”, assure-t-elle.

Et ce n’est pas la première fois que Irane Ouanes ‘”envahit” les rues de sa ville. “Je suis pour la démocratisation de l’art et la sensibilisation de chacun à l’art”, dit-elle.

En Mai 2016, elle préparait son exposition “Le ballon rouge” (vidéo et photo ci-dessous). Du recyclage qui a donné naissance à “des sculptures géantes colorées et lumineuses”, qu’elle a exposées sur la corniche de la Marsa. Pour elle, c’était “le seul antidote contre l’obscurantisme”, avait-elle écrit.

Sauf que quelques jours après, l’obscurantisme fait surface; son travail est vandalisé et la jeune artiste est agressée par deux individus qui l’accusent d’inciter au blasphème, car ces statuts attireraient le diable, avait-elle expliqué.

kdkld

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

Bientôt à la Marsa, des passages piétons s’habilleront de motifs berbères

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image