Que penser des nouveaux démaquillants ?


Publicité (en savoir plus)

En matière de démaquillage, il y a les abstinentes – « 30 % des femmes que je reçois vont se coucher sans se démaquiller », constate Joëlle Ciocco, épidermiologiste des stars. Et puis il y a les occasionnelles, qui ont tendance à bâcler, les assidues, conscientes que le salut de leur peau passe par un nettoyage en règle, et les hygiénistes pures et dures, qui se décapent frénétiquement l’épiderme. Leur point commun ? Qu’elles pèchent par excès de zèle ou par négligence, plus de la moitié d’entre elles se trompent de geste ou de produit. Trop décapant, vite fait, mal fait : même combat. Ces choix malheureux malmènent l’épiderme qui ne tarde pas à nous le faire savoir. Inflammation, rougeurs, acné… La facialiste est formelle : « Un démaquillage inadapté délabre l’équilibre de la peau et accélère le vieillissement. Et là, même la plus sophistiquée des crèmes anti-âge restera inefficace. » C.Q.F.D.

La poudre nettoyante : un nouveau geste deux-en-un

Warning. La petite dernière du marché n’est ni plus ni moins qu’une mousse nettoyante dotée d’une galénique plus ludique. À même formule, mêmes effets : elle sensibilise les peaux délicates et ne dissout pas le maquillage. Reste un autre frein de taille. Cette poudre est en général enrichie de microbilles gommantes, donc potentiellement irritantes.

On dit oui. Si elle est formulée à partir d’exfoliants enzymatiques doux (qui ne grignotent que les cellules mortes), elle boostera l’éclat des peaux normales qui pourront l’utiliser au quotidien.

L’huile démaquillante : juste une illusion ?

Warning. Sa réputation de perfection l’a précédée. Version idyllique, l’huile aurait tout bon pour capturer et dissoudre pigments, sébum et intrus en tout genre sans agresser. Le souci : la présence d’huiles minérales dans la formule, qui ont le défaut d’être occlusives et promptes à aggraver l’acné ou la peau encrassée des fumeuses (on les repère sur les étiquettes par les termes « mineral oil », « petrolatum » ou « parafinum liquidum »). « On emprisonne dans les pores la saleté qu’on souhaitait retirer, décrit Lionel Laffon, vice-président Lierac. Et si ce film gras devient un super bouclier censé assister les peaux sèches pour renforcer leur fonction barrière, il fait aussi barrière à la pénétration des actifs soins. » What else ? Cette impression de nutrition n’est qu’une illusion, car ce gras minéral inerte n’est pas assimilé par la peau.

On dit oui. C’est le produit de prédilection de celles qui se tartinent de fond de teint et autres fards longue tenue, à condition de le faire suivre d’un nettoyage à l’eau. Mais si la formule choisie ne renferme que des huiles végétales, ce soin devient un vrai bonus nutrition et non pas un leurre.

La mousse nettoyante avis de sécheresse

Warning. Ne vous fiez pas à son apparence de douceur, c’est le produit le plus délipidant. En cause, des tensioactifs en pagaille. Un vrai piège pour la peau grasse, elle se croit nette, mais l’effet rebond la guette : elle va juste sécréter encore plus de sébum. « Les peaux sèches ou sensibles seraient bien inspirées de s’en méfier si elles ne veulent pas aggraver leur cas et devenir perméables. De plus, la mousse s’agrège au calcaire de l’eau pour former des dépôts irritants », détaille Nathalie Broussard, directrice de la communication scientifique Shiseido. Le signal qu’elle n’est pas pour vous ? Quand la peau tiraille après son utilisation.

On dit oui. C’est la complice des peaux normales, équilibrées et adeptes du no make-up. Dénuée de corps gras, la mousse peine à dissoudre le make-up, c’est plus un nettoyant qu’un démaquillant.

Le biphasé : une pente glissante

Warning. C’est silicone party… Certes, aucun pigment ne lui résiste, sauf que ses silicones à gogo restent en surface, asphyxient littéralement la peau et la rendent étanche. « Plus rien ne pénètre, les actifs soins non plus » prévient Lionel Laffon. Fatalement, il fait le malheur des peaux grasses et encombre toutes les autres : « C’est hallucinant de remettre sur la peau ce qu’on cherche à enlever. »

On dit oui. On n’a pas inventé mieux pour décrocher un mascara waterproof ou un rouge à lèvres tenace sans frotter. Donc O.K. pour un usage toujours localisé, jamais sur tout le visage. Et à condition d’enlever les dépôts de silicones sur la peau avec un tonique.

Le lait : une formule tout-terrain

Warning. Si, théoriquement, le lait est censé convenir à toutes les peaux, il peut parfois se retourner contre certaines. En cause, les formules trop légères, voire évanescentes, qui n’ont pas un pouvoir démaquillant suffisant pour dissoudre les fards épais ou waterproof. « Dans ce cas, sur les peaux grasses, cela peut majorer le phénomène », décrit la Dre Nina Roos (auteure d’« une peau en pleine forme » (éd. Solar)), dermatologue. En prime, il faut souvent multiplier les passages de coton pour venir à bout du maquillage. Cette agression répétée finit par agir un peu comme si on passait la peau au papier de verre…

On dit oui. Le lait donne toute sa mesure quand il est riche, épais, voire en version « crème démaquillante ». Il s’applique et se masse aux doigts et se rince à l’eau, tiède de préférence. « Ce n’est pas l’eau qui abîme la peau, mais le produit inadapté », précise Joëlle Ciocco. L’essentiel est d’éliminer le fini gras résiduel avec de l’eau (minérale, brumisateur…).

Lotion or not lotion ?

Oui, lotion, selon Joëlle Ciocco. « Après le rinçage à l’eau, on finit toujours par une lotion pour parfaire le nettoyage et chasser les derniers résidus de gras. Mais sans alcool, de préférence de la même marque que son démaquillant, et surtout pas exfoliante, sous peine d’irriter sa peau », précise-t-elle.

L’eau micellaire : le faux ami

Warning. C’est la fashion victim par excellence… Si elle trône backstage, c’est pour démaquiller les tops le plus vite possible. Mais certainement pas le plus efficacement. Selon Isabelle Benoit, directrice scientifique Bioderma, « on touche ici la limite du pouvoir démaquillant, surtout en cas de fards waterproof car il faut du gras pour dissoudre le gras ». Dotée d’un pouvoir nettoyant plus ou moins élevé selon la formule, l’eau micellaire ne fait pas toujours le job pour enlever correctement les fards. Utilisée à la va-vite ou en frottant comme une forcenée, elle décape et laisse sur la peau une cohorte de conservateurs et de tensioactifs irritants. Ses variantes lait et gel ? Même concept, même limites.

On dit oui. « L’eau micellaire doit se montrer efficace en un seul passage, et la peau doit impérativement être rincée à l’eau ensuite afin de ne pas laisser de particules dessus », préconise Nathalie Broussard. Rendons-lui toutefois justice. Conçue pour ne pas agresser le film hydrolipidique, elle est parfaitement adaptée aux peaux grasses. Et quand elle ne contient qu’un seul tensio-actif (présence donc d’un seul PEG ou autre substance à la terminaison en « ate » sur l’étiquette), pas de risque de mésalliance cutanée avec les épidermes délicats. Dans tous les cas, son usage doit rester occasionnel.

Le baume : premier de la classe

Warning. Le baume, c’est un peu la même histoire que l’huile sauf qu’il se présente sous forme solide. Avec les mêmes limites : trop de gras pour les peaux acnéiques, surtout quand il est d’origine minérale.

On dit oui. Les skin conscious ne jurent que par sa texture riche et fondante, garantie sans décapage cutané. C’est vrai que c’est quasi la panacée pour éliminer les fards tenaces ou décrocher les filtres solaires agrippés à la peau, sans s’acharner avec le coton. Formulé avec des huiles végétales, il devient compatible avec tous les épidermes et peut se targuer d’avoir les faveurs des peaux sèches, sensibles, et des écolos qui ne veulent pas utiliser de coton démaquillant (sa culture et son blanchiment se révéleraient très polluants).

Le gel purifiant : ultra détergent

Warning. Peaux sensibles et sèches s’abstenir. « C’est le principe du moussant, mais boosté en actifs purifiants, antibactériens et exfoliants », décrypte Nathalie Broussard. Les peaux normales à sèches oublient ce super détergent sous peine d’agression caractérisée.

On dit oui. Les peaux mixtes à grasses peuvent dire merci à cette formule travaillée de façon à ne pas générer d’hyperséborrhée réactionnelle. Mais il faut l’utiliser uniquement pour le nettoyage, il n’a pas les lipides nécessaires pour remplir la fonction démaquillante.

Le savon solide : le nettoyage de l’extrême

Warning. Il fait consensus chez tous les pros qui voient dans ce « resurfactant en barre » une hérésie cutanée et l’ennemi numéro un des peaux sèches et réactives. Son problème ? Délipider et décaper à outrance. Même non-sens pour les épidermes mixtes ou acnéiques. « Le savon dissout tellement le sébum qu’il force l’épiderme à en sécréter de plus belle », rappelle Nina Roos. Le pain dermatologique ou syndet (synthetic detergent) ? Pas mieux ! « Il ne contient pas de savon mais des tensioactifs en série que ne supportent pas les petites natures. » Et si vous vous maquillez, oubliez-les. Les pigments restent tatoués sur la peau.

On dit oui. Acceptable en produit d’appoint et de dépannage le temps d’un week-end, mais avec un make-up ultra light. On préférera les savons noirs naturels, compatibles avec tous les épidermes. Mais toujours avec modération.

La lingette : dans le viseur de la cosmétique

Warning. Pour Joëlle Ciocco, le constat est sans appel : « Les femmes qui ont utilisé des lingettes ont la peau massacrée. Imperfections, altération des défenses immunitaires, degré zéro de l’émollience, le tableau est catastrophique. » Tous les experts parlent d’une même voix. « Entre ne pas se démaquiller ou la lingette, je ne sais pas ce qui est le mieux, confesse Lionel Laffon. Truffée de conservateurs, elle ne sert qu’à irriter la peau. » En première ligne, la flore cutanée. Déjà perturbée sur les peaux acnéiques ou atopiques, là, elle flambe. Sans compter que sa texture abrasive exacerbe la sensibilité cutanée.

On dit oui. Seulement en cas de dépannage extrême et, si on peut, on rince aussitôt sa peau avec de l’eau.

A retenir

Petit récapitulatif de survie en salle de bains. Démaquillage versus nettoyage. « Le premier geste consiste à ôter les fards. Le second vise à nettoyer la membrane cutanée, il relève davantage du soin », décode Joëlle Ciocco. un double démaquillage, sinon rien ? « Obligatoire, martèle l’experte depuis des années. On choisit un produit adapté à sa peau, l’essentiel est de l’appliquer aux doigts et de le rincer à l’eau. Le premier passage sert à éliminer le maquillage, le second, à nettoyer, avec le même produit ou un plus doux. »

Le bon rythme ? Maquillée ou pas, on nettoie sa peau le soir, c’est incontournable. « Le matin, on la purifie simplement avec une lotion sans alcool ou une eau micellaire rincée, pour respecter son écosystème. Une eau florale ne suffit pas à retirer les déchets nocturnes que la peau sécrète, et un lavage à grande eau déshabille la peau de son microbiote », explique la facialiste.

Le coton, toujours d’actu ? Oui, mais on y va piano piano car ce geste de frottement peut irriter. Les peaux sensibles troqueront leurs disques démaquillants, trop abrasifs, contre du coton hydrophile pour bébé imbibé d’eau tiède, au pouvoir nettoyant et dégraissant parfait. Car froide, l’eau ne dissout pas les graisses, et trop chaude, elle décape le film hydrolipidique.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE.  Abonnez-vous ici.

Ce contenu est initialement apparu ici.

Veuillez noter que Dromabuzz est une plate-forme de curation et d’agrégation de contenu. Notre objectif est de promouvoir les meilleurs articles de différents sites utilisant l’intelligence humaine et artificielle. Si vous pensez que ce contenu devrait être retiré de la plate-forme, n’hésitez pas à contacter nos éditeurs.

Retrouvez les articles de Dromabuzz sur notre page Facebook.

Envie de réagir?

Lol ! Lol !
0
Lol !
J'adore J'adore
0
J'adore
Wouah Wouah
0
Wouah
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF
Enervé Enervé
0
Enervé

Comments 0

Que penser des nouveaux démaquillants ?

Connexion

Vous n'avez pas de compte?
Inscription

Réinitialiser le mot de passe

Revenir à
Connexion

Inscription

Revenir à
Connexion
Choisis un format
Test de personnalité
Sondage
Histoire
Top
Meme
Video
Audio
Image