Loading Posts...

WTF: Shakespeare est officiellement fumeur de Haschich!

Des études scientifiques cherchent à prouver que William Shakespeare fumait du cannabis. Dans un article publié dans le South African Journal of Science le mois dernier, Francis Thackeray a suggéré que le fameux dramaturge consommait du cannabis comme stimulant.

William Shakespeare aurait cherché l’inspiration en fumant de l’herbe, communément appelée « bong », selon Francis Thackeray. Tout en voulant prouver cette thèse, Thackeray a demandé auprès de l’église d’Angleterre d’exhumer le corps de Shakespeare.

L’histoire date de 2001 quand ce chercheur a trouvé une pipe qui date de XVIIème siècle dans laquelle il y avait des résidus de cocaïne et de marijuana. Thackeray était convaincu d’avoir trouvé la preuve dans les « sonnets » de Shakespeare, également.

Il est à noter que dans un des ses sonnets, une mention d' »une substance étrange » peut évoquer des « drogues étranges » qui incitent à l’écriture créative. Shakespeare fait encore allusion à « une invention venant d’une certaine herbe. »

Thackeray a analysé les «résidus végétaux» trouvés dans les pipes à tabac utilisés à Stratford Upon Avon au cours du 17ème siècle – dont certains auraient été retrouvés dans le jardin de « l’Bard ». Il a évalué 24 de ces tubes et a trouvé des traces de cannabis dans huit échantillons – et la cocaïne péruvienne dans deux autres.

« [Il y avait] des preuves incontestables qui montrent qu’il fumait des feuilles de cocaïne au début du 17ème siècle en Angleterre, sur la base de preuves chimiques à partir de deux tubes trouvés dans la région de Stratford-upon-Avon. »

Depuis qu’il a testé les anciens « bongs » en 2001, Thackeray a été en mission pour convaincre les fans de Shakespeare que leur héros était en fait un « stoner. »

Dans son dernier livre, le scientifique a émis un appel à la communauté shakespearienne afin d’accorder une attention à son travail et a présenté une série d’arguments pour étayer ses allégations.

« On peut imaginer le scénario dans lequel Shakespeare réalisait ses pièces dans la cour de la reine Elizabeth, en compagnie de Drake, Raleigh et d’autres qui fumaient la pipe d’argile remplie de ‘tabac’, » écrivait Thackeray. Seulement, il est impossible d’accéder au corps de notre dramaturge, surtout que son épitaphe est clair « bénit soit celui qui épargnera ces pierres et maudit soit celui violant mon ossuaire. »

William SHAKESPEARE, 1564-1616 English playwright, aged 34, (copy of anonymous portrait in Hampton Court) (MV 3353) -- COBLITZ, Louis : 1814-63 : German   Photo Credit: [ The Art Archive / Musée du Château de Versailles / Gianni Dagli Orti ]

0
LikeLike
0
HahaHaha
0
AimeAime
0
WowWow
0
YayYay
0
TristeTriste
Voted Thanks!

Partagez cet article avec vos amis !

Loading Posts...